Accueil L'ostéopathie La consultation Votre ostéopathe Rendez-vous
Copyright 2017
- Tous droits Réservés
  NH
 NH
OSTÉOPATHE D.O.

L’OSTÉOPATHIE STRUCTURELLE

Il existe différentes catégories de manipulation. Votre ostéopathe, Nicolas HOMO, est formé a un panel large de techniques (structurelles, viscérales, fasciales et craniennes) lui permettant d’intervenir devant tout type de dysfonctions . En effet, chaque dysfonctionnement répond préférentiellement à un procédé de travail.

COMMENT L’OSTÉOPATHE MANIPULE LES ARTICULATIONS ?

L’ostéopathie structurelle inclut différentes manipulations:

La technique “hvt” assimilée dans le langage courant au “cracking”. L’ostéopathe va amener l’articulation au plus proche de son blocage de mobilité et va induire de façon rapide un mouvement de faible amplitude pour passer le verrouillage. Cette manipulation peut induire une baisse de pression dans l’articulation à l’origine du craquement. L’absence de bruit ne signifie pas pour autant que la manipulation a été inefficace, c’est le retour de la mobilité qui importe. Cette technique est particulièrement indiquée pour un dyfonctionnement récent.

Les techniques d’énergie musculaire en “contracté/relâché”. Ici encore l’ostéopathe va se placer à la barrière de mobilité, une contraction musculaire sera ensuite demandée au patient. A son relâchement, l’ostéopathe gagnera progressivement le jeu de mouvement restreint. Ces techniques sont indiquées en cas d’importants dysfonctionnements musculaire sassociés.

Les techniques de mobilisations rythmiques. Après avoir de nouveau atteint la barrière de mobilité, l’ostéopathe va induire un mouvement répété à rythme spécifique pour gagner de manière progressive dans le paramètre de mouvement enraidi. Ces techniques sont particulièrement indiquées pour un dysfonctionnement ancien.






Durant la grossesse

GROSSESSE

Ostéopathie crânio-fasciale Ostéopathie Viscérale

VISCÉRAL

Cranien - Fascia

DÉCOUVREZ NOS AUTRES RUBRIQUES THÉMATIQUES

Pour bébé

NOURRISSON

QUELS SONT LES EFFETS DES TECHNIQUES STRUCURELLES ?

Le premier bénéfice attendu est évidemment le gain de mobilité pour l’articulation en raideur. Le but est également de pallier aux dysfonctionnements des récepteurs neurologiques affectés par l’articulation, afin d’éviter qu’il ne déclenche des phénomènes compensatoires sur d’autres structures ou sur les fonctionnements organiques en relation (ex: digestion, vascularisation...).




Pour le sportif

SPORTIF